Comment bien respirer pour diminuer ses douleurs lombaires

Comment bien respirer pour diminuer ses douleurs lombaires

Introduction :

Saviez-vous que respirer de manière inadapté pouvait renforcer voire générer des douleurs lombaires ? Aviez-vous seulement conscience qu’il était possible d’altérer sa façon de respirer au fil du temps

Si la réponse est non pour ces deux questions, cela tombe bien puisque c’est ce que nous allons découvrir dans cet article grâce à Optisanté, un blog spécialisé dans le développement de soi et du bien-être !

Nous parlerons justement :

  • Du mécanisme à l’origine d’une modification de notre schéma respiratoire
  • Des conséquences d’une respiration inadaptée
  • De comment procéder pour mieux respirer au quotidien

1)  Perturbation du schéma respiratoire

Lorsque notre organisme fonctionne de manière optimale, nous alternons naturellement entre deux types de respiration, selon la situation dans laquelle nous nous trouvons :

  • La respiration diaphragmatique : c’est la respiration associée à un état de repos. Ample et profonde, elle se localise essentiellement au niveau ventral. Il s’agit de la respiration que nous sommes censés adopter naturellement lorsque nous évoluons dans un cadre dépourvus d’éléments stressants.
  • La respiration thoracique : c’est la respiration de l’effort. Elle est caractérisée par des inspirations courtes et rapides localisées au niveau de la poitrine. C’est la respiration que nous allons adopter en cas de danger, au moment de réaliser une activité physique ou de manière plus générale, dans le cadre d’une situation stressante.

Le problème est que cette alternance de respiration peut se retrouver perturber si nous avons tendance à être confrontés à de trop nombreux stress, qu’ils soient de nature physique ou psychologique : bruit, pollution, excès de sport, pressions professionnelles, excès de travail, embouteillages,… Des éléments qui caractérisent parfaitement notre mode de vie moderne !

Dans ce cas, nous allons progressivement perdre la faculté d’adopter naturellement une respiration diaphragmatique, en privilégiant inconsciemment l’adoption d’une respiration thoracique.

2) Les conséquences d’une respiration inadaptée

Il faut savoir que l’adoption d’une mauvaise respiration (utilisation excessive de celle thoracique) génèrera en effet certaines problématiques comme :

  • Une augmentation de la raideur des muscles psoas et carrés des lombes, qui favoriseront l’adoption d’une hyperlordose (excès de cambrure au niveau lombaire) et donc l’apparition de douleur au niveau du bas du dos
  • Une moins bonne oxygénation des tissus, qui favorisera un état de fatigue générale et diminuera votre motivation à agir pour votre santé
  • L’apparition de tensions musculaires principalement au niveau du cou et du dos

De plus, un schéma respiratoire inadapté favorise également une diminution de la tolérance à la douleur, nous rendant ainsi plus réceptif à son ressenti.

3) Comment réapprendre à mieux respirer au quotidien ?

Réapprendre à mieux respirer passera tout d’abord par améliorer la perception que l’on a de sa propre respiration. Cela peut paraître étrange mais dans les faits, il n’existe que très peu de personnes qui sont réellement conscientes de la manière dont elles respirent !

C’est pour cela que nous recommanderions de réaliser des exercices de respiration diaphragmatique, afin d’une part afin de déterminer si l’on a tendance à respirer avec la poitrine ou plutôt avec le ventre, et d’autre part pour s’exercer à basculer le plus souvent possible sur une respiration lente et profonde.

Un premier exercice basique pour s’entraîner pourrait être le suivant :

  • Allongé sur le ventre, le front posé sur les dos de vos mains, les yeux fermés
  • Inspirez par le nez en gonflant le ventre (chercher à la sentir appuyer de plus en plus contre le sol) et en évitant d’élever les côtes
  • Marquez un bref temps de pause
  • Puis expirez par la bouche, lèvres pincées, en dégonflant le ventre et en cherchant à abaisser les côtes si vous n’avez pas pu limiter leur ascension lors de l’inspiration
  • Réalisez 4 à 6 cycles respiratoires (un cycle étant constitué de l’ensemble des actions ci-dessus) en appliquant le tempo suivant : 4 secondes sur l’inspiration / 2 secondes de pause / 6 secondes sur l’expiration

Ce type d’exercice serait à réaliser bien sûr le plus souvent possible, idéalement de manière quotidienne.

Conclusion :

Vous savez maintenant que notre respiration, bien qu’étant à la base une action automatisée, peut se retrouver perturber en fonction de notre mode de vie. De plus, nous avons vu que cette perturbation n’étant pas sans effet, puisqu’elle pouvait impacter négativement notre organisme, notamment en générant des douleurs lombaires.

Il existe cependant des exercices de respirations (comme celui expliqué dans cet article) qui pourront vous aider lutter contre ce phénomène à partir du moment où ils seront pratiqués de manière régulière.

Laisser un commentaire